Visites réservées dans les Musées

Chers membres,

Voilà maintenant plus de deux ans que nous avons entamé une collaboration avec la direction des musées cantonaux valaisans. Un concept d’accueil pour les divers types de handicaps est en train de se mettre en place. Concernant les personnes à mobilité réduite, plus particulièrement se déplaçant en fauteuil roulant, nous sommes confrontés au choix de nos politiciens d’établir les collections de musées cantonaux dans des bâtiments classés monuments historiques. La configuration ancienne de ces bâtiments, liée à une règlementation stricte concernant leur modification, rend difficile, voire quasi impossible leur accessibilité.

La direction des musées cantonaux, nous propose donc des visites commentées de leurs réserves qui sont parfaitement accessibles. Il faut savoir que le 90% des œuvres appartenant aux musés cantonaux sont entreposés dans ces réserves.

Si vous désirer organiser une visite avec les membres de votre association, il suffit de contacter :

Mme Liliane F. Roh,
Responsable Médiation culturelle

Service de la culture
Musées cantonaux
Rue des Châteaux 14
CH – 1950 Sion/Sitten
Tél. 027 606 46 80
Mail :
liiroh@admin.vs.ch

Je me tiens également à disposition pour de plus amples informations.
Cordiales salutations.

Jérôme Bagnoud, membre de la commission accessibilité
079 628 86 14 / bagjer@bluewin.ch

 

Publié dans Articles/Artikel | Commentaires fermés sur Visites réservées dans les Musées

Une fondation pour l’encadrement des handicapés engage deux frontaliers à la place de ressortissants genevois qualifiés

La Fondation Clair-Bois qui reçoit de l’État de Genève des subventions pour plus de 19 millions, est montrée du doigt pour avoir engagé deux frontaliers établis en Haute-Savoie

L’affaire commence en janvier lorsque Clair Bois, une fondation de droit privé, mais largement subventionnée par l’Etat de Genève, ouvre deux postes, un comme responsable du restaurant pour son foyer de Pinchat et un autre comme coordinateur du secteur alimentaire.

Préférence cantonale

L’Office cantonal de l’emploi en est informé en primeur, comme l’exige une directive en vigueur depuis 2015, qui vise à favoriser, à compétences égales, l’engagement des chômeurs par les collectivités publiques. Une dizaine de personnes sont présentées, dont plusieurs correspondent en tout point aux exigences, selon Charles Barbey, directeur de l’Office cantonal de l’emploi.

Clair Bois recevra en tout une quinzaine de dossiers mais préférera aux chômeurs deux Français établis en Haute-Savoie. L’un est au bénéfice d’un permis frontalier, et travaille déjà en Suisse depuis quelques années. Pour le deuxième, en revanche, la délivrance d’un nouveau permis sera spécifiquement demandée.

Licenciement exigé

Informé, le Département de l’emploi se fâche. Dans un courrier que la RTS a pu consulter, le conseiller d’Etat Mauro Poggia, chef de l’emploi, exige le licenciement de la personne au bénéfice du nouveau permis, encore à l’essai, et la reprise du processus de sélection. Autre point qui fâche: les deux frontaliers sont domiciliés dans le même village de Haute-Savoie que le directeur adjoint de Clair Bois…

Lire l’article de rts.ch

Publié dans Articles/Artikel | Commentaires fermés sur Une fondation pour l’encadrement des handicapés engage deux frontaliers à la place de ressortissants genevois qualifiés

Rente AI réduite pour une employée à temps partiel

Une personne travaillant à 60%, frappée par une incapacité de travail dans une même proportion, ne peut obtenir une pleine rente AI. Par cet arrêt de principe, le Tribunal fédéral modifie la jurisprudence pour les personnes n’ayant pas d’enfant à charge à côté de leur activité professionnelle.

Le taux d’activité non professionnelle n’a pas à être assuré par l’assurance invalidité (AI), constate le Tribunal fédéral (TF) dans un arrêt rendu public mardi. Si une personne travaille à 60% et consacre les 40% restants à des loisirs, seuls 60% sont assurés. Selon le TF, l’employé à temps partiel qui veut plus de temps libre renonce librement à la part de salaire dont il pourrait bénéficier en travaillant à temps plein.

Ainsi celui qui travaille à 60% et se retrouve à l’AI à un taux similaire ne peut prétendre à une pleine rente. Cela constituerait une inégalité de traitement, selon la 2e Cour de droit social du TF. Quelqu’un qui travaille à plein temps et subit une incapacité de travail à 60% n’a pas non plus droit à une pleine rente, mais à un trois quart de rente comme c’est prévu à partir d’un degré d’invalidité de 60%.

Pour des employés à temps partiel qui élèvent des enfants durant les 40% du temps restant, la méthode de calcul conduit aussi à une inégalité. Dans de tels cas, le degré d’invalidité doit être calculé proportionnellement à l’activité professionnelle respectivement au travail ménager, au moyen de la méthode dite mixte.

Mais on ignore encore si la méthode mixte pourra être maintenue. La Cour européenne des droits de l’homme a en effet décidé le 2 février dernier que cette méthode était discriminatoire. Elle se prononçait sur un cas, transmis entre-temps à la Grande Chambre du TF, qui concerne une St-Galloise employée à temps partiel, à l’AI, et mère de jumeaux.

Quant au cas sur lequel le TF a publié son arrêt mardi, il fait suite à un recours de l’Office AI du canton de Lucerne. Le TF lui a donné suite, levant ainsi une décision du Tribunal cantonal lucernois.

Source: 20min.ch/ats

Publié dans Articles/Artikel | Commentaires fermés sur Rente AI réduite pour une employée à temps partiel

Balade en fauteuil dans la forêt et sur les étangs

Ça cancane, ça croasse et ça gazouille partout dans la réserve naturelle des Douves. Au-dessus des marais réhabilités des bois de Versoix (GE) serpentent des passerelles agrémentées de postes d’observation végétalisés. A terre, des cheminements délimités – dont il est interdit de sortir pour ne pas causer du tort à la nature sauvage des lieux – plongent dans la forêt, débouchent parfois sur des clairières. Les parcours sont même accessibles aux personnes en fauteuil roulant, une première en Suisse se félicite le Département cantonal de l’environnement.

Un nouveau dispositif d’accueil pour faire découvrir la richesse de la faune et la flore genevoise a été inauguré mardi 17 mai 2016 à Versoix. Les parcours sont équipés de panneaux explicatifs sur lesquels figurent des QR-codes que le promeneur peut flasher avec son smartphone pour consulter un guide interactif. Dans les postes d’observation figurent des conseils destinés aux artistes en herbe pour dessiner correctement animaux et paysages.

Cheminements pour personnes à mobilité réduite et guides via smartphones se retrouveront bientôt  ailleurs dans le canton. Elles devraient voir le jour d’ici le printemps 2018 dans les bois de Jussy, à Chancy et à Cartigny. Le secteur de l’Allondon devrait suivre ensuite

Source 20min.ch

Publié dans Articles/Artikel | Commentaires fermés sur Balade en fauteuil dans la forêt et sur les étangs

Bach autrement …

L’association ProRaris Alliance Maladies Rares – Suisse a le plaisir de vous convier à un concert « Rare » qui aura lieu le dimanche 5 juin  à Sion à 17 heures au temple protestant.

Ce concert réunira pour un moment festif et insolite des musiciens venus d’horizons différents : un groupe de percussionnistes hors-norme et une violoncelliste hors pair …

Au programme : Bach autrement … accompagné des rythmes exotiques du groupe Sïmpa de l’ASA Valais.

Ce sera l’occasion d’annoncer le lancement d’une Cuvée Rare élevée par les Vins de Sion pour soutenir le projet FAC Valais. Lien vers le projet (Former – Accompagner – Coordonner) FAC Valais

Téléchargement du flyer

Publié dans Articles/Artikel | Marqué avec , | Commentaires fermés sur Bach autrement …

L’emploi de personnes avec handicap à L’État stagne

L’engagement de personnes avec handicap au sein des collectivités publiques valaisannes (Etat et communes) prend du temps. Il y a un an, la commission cantonale valaisanne pour l’intégration des personnes handicapées promettait de faire des propositions à l’Etat du Valais, précisément au département d’Esther Waeber-Kalbermatten, pour améliorer le taux d’emploi des personnes avec handicap au sein de L’État du Valais.

Un an après, le dossier avance certes, mais lentement. En janvier dernier, la commission cantonale du handicap a transmis cinq propositions concrètes à la conseillère D’État pour combler les lacunes des employeurs des collectivités publiques.

Contactée, la conseillère D’État affirme être en train d’analyser les cinq propositions faites. «Par rapport au poste supplémentaire RH demandé, il faut voir ce qui est possible avec le personal stop», répond-elle sans donner de date pour la prise de décision.

En trois ans, le dossier n’avance ainsi guère. Lire notre article du 9 février 2015 Mais Forum Handicap Valais, l’association valaisanne rassemblant trente groupements liés au handicap, veut rester optimiste. «Nous sommes déjà heureux que Mme WaeberKalbermatten ait pris acte des propositions», note Maud Theler, la présidente de Forum Handicap Valais.

Le groupement souhaiterait cependant être partenaire dans la réflexion du département. «Nous avons des ressources dans le milieu du handicap et pouvons être utiles par nos connaissances dans ce domaine», ajoute Maud Theler.

L’objectif de Forum Handicap Valais est de faire en sorte que ce dossier, qui date déjà de trois ans, ne reste pas dans les tiroirs. «Nous allons en suivre l’évolution, car l’intégration des personnes avec handicap est bénéfique pour tous, y compris pour la société. Une personne intégrée professionnellement coûtera moins cher à la société», conclut Maud Theler.

Lire l’article du Nouvelliste (en PDF)

Publié dans Articles/Artikel | Marqué avec | Commentaires fermés sur L’emploi de personnes avec handicap à L’État stagne

L’AI doit davantage collaborer avec les entreprises

Une étude commandée par l’OFAS  (Office fédéral des assurances sociales) et publiée le 9 mai 2016 a produit une liste de recommandations. Parmi les recommandations figurent des conseils sur la question du travail et de la santé en entreprise.

  • Procédure d’instruction dans l’AI : la procédure d’instruction a évolué conformément à l’objectif de l’AI selon lequel les efforts de réadaptation professionnelle passent avant l’examen du droit à la rente. Les études ont toutefois relevé des différences entre les cantons au niveau de la mise en œuvre. Il a donc fallu renforcer le dialogue entre l’OFAS, les offices AI et la FMH. A la suite d’un arrêt du Tribunal fédéral concernant l’examen des troubles psychosomatiques, l’AI pratiquera à l’avenir davantage d’expertises standardisées. Elle exhorte par ailleurs les sociétés médicales à élaborer des directives relatives aux expertises médicales.
  • Réadaptation professionnelle : avec l’extension des mesures existantes, leur application plus rapide et plus souple, ainsi que l’introduction de nouvelles mesures, conçues tout particulièrement pour les assurés présentant des troubles psychiques, la réadaptation professionnelle joue un rôle de premier plan. C’est ainsi que se concrétise la réorientation de l’AI d’une assurance de rente vers une assurance de réadaptation. De 2002 à 2014, le rapport entre les personnes mises au bénéfice d’une rente et celles bénéficiant de prestations de réadaptation professionnelle s’est plus qu’inversé. Dans ce domaine, les recommandations portent essentiellement sur les mesures d’intervention précoce qui – comme les mesures d’ordre professionnel – devraient être appliquées plus tôt, plus généreusement et de manière plus ciblée.
  • Maladies psychiques et assurance-invalidité : par rapport aux troubles somatiques, il a fallu plus de temps pour freiner l’évolution des mises en invalidité pour raisons psychiques. Plusieurs projets menés dans le cadre du PR-AI 2 ont cherché à en déceler les raisons. Une étude a montré que les jeunes présentant des troubles relevant de la psychiatrie de l’adulte ne profitent pas assez systématiquement des mesures de réadaptation, car leur potentiel est mal exploité non seulement par l’AI, mais aussi par le système scolaire, le système de formation ou le corps médical.
  • Prestations financières de l’AI : outre des rentes d’invalidité, l’AI octroie aussi des prestations qui servent à la réadaptation, telles que les mesures d’ordre professionnel, les mesures médicales, les moyens auxiliaires ou les allocations pour impotent (API). Ces dernières années, l’octroi de rentes a fortement diminué par rapport aux prestations financières, lesquelles ont été largement adaptées dans l’optique de favoriser l’autonomie des assurés ; on peut citer, à titre d’exemple, le doublement de l’API pour les personnes vivant à domicile ou l’introduction du système forfaitaire pour le financement des appareils auditifs. Les études ont évalué dans quelle mesure ces adaptations ont produit les effets escomptés.
  • Interfaces entre l’AI et d’autres acteurs : dans le domaine de la réadaptation, de nombreuses études l’ont montré, l’AI se heurte souvent aux limites que lui imposent ses compétences. Elle ne peut notamment pas intervenir dans les systèmes en amont, c’est-à-dire dans le système scolaire, le système de formation, le système de santé, les services de placement ou l’aide sociale. Aujourd’hui, il est vrai que l’échange d’informations est rapide et ciblé et que les mesures sont coordonnées dans le cadre de la collaboration interinstitutionnelle (notamment via la plateforme Internet ai-pro-medico.ch). Mais cette collaboration doit être développée et perfectionnée.

Les entreprises se sentent particulièrement vulnérables lorsqu’elles font face à des employés atteints de troubles psychiques.Les collaborateurs «difficiles» sont souvent licenciés au bout d’une période assez longue, afin de «résoudre» le problème, rappelle le deuxième programme de recherche sur l’AI, mené entre 2010 et 2015 et publié lundi.

Dans le cadre de la 5e révision de l’AI, le Parlement a donné pour orientation à l’assurance-invalidité le principe « la réadaptation prime la rente ». Depuis lors, les offices AI développent davantage leurs réseaux d’employeurs, car ces derniers jouent un rôle central pour l’insertion dans le marché primaire du travail des personnes atteintes dans leur santé.

Les 5e et 6e révisions de l’AI ont introduit de nouveaux instruments de réadaptation (notamment la détection et l’intervention précoces, l’allocation d’initiation au travail et le placement à l’essai).

En parallèle, le travail d’information et de sensibilisation des employeurs a été renforcé. Ces instruments devaient faciliter la collaboration entre les offices AI et les entreprises du marché primaire du travail, à la fois en présence de situations de réadaptation qu’en l’absence de cas concrets. Il manquait cependant à ce jour de connaissances systématiques sur la qualité de cette collaboration et sur les formes de coopération.

La présente étude synthétise les résultats des nombreux projets menés au niveau national, cantonal ou régional et les complète avec une enquête auprès des offices AI et des employeurs ayant déjà eu des contacts avec eux. . Elle montre, d’une part, que les stratégies de coopération avec les employeurs diffèrent beaucoup d’un office AI à l’autre. D’autre part, l’analyse des attentes réciproques met en évidence que les offices AI tout comme les employeurs évaluent positivement cette collaboration, indépendamment des pratiques des offices AI.

La diversité des stratégies des offices AI apparait donc adaptée aux contextes culturels, géographiques et économiques propres aux cantons ce qui constitue l’un des principaux facteurs de succès pour la collaboration. Parmi les autres facteurs favorables, l’étude mentionne la présence conjointe chez les spécialistes des offices AI de compétences techniques et personnelles, la complémentarité entre le conseil et les autres prestations de l’assurance, et les rapports de collaboration entretenus parallèlement avec les employeurs et les autres acteurs pertinents par les offices AI.

La présente étude ne comble pas seulement des lacunes de connaissances ; en décrivant trois types de coopération, elle offre aussi des bases pour évaluer et développer la collaboration entre offices AI et employeurs. A l’avenir, il importe de s’appuyer sur les structures existantes et les formes de coopération établies, de tirer parti des expériences faites et des résultats obtenus, et de les développer afin que la réadaptation produise les meilleurs résultats possibles.

Un enjeu de taille consistera à optimiser la manière de procéder pour des groupes cibles spécifiques, notamment les collaborateurs atteints dans leur santé psychique ainsi que les jeunes. Il faudra prendre ici en compte, comme l’étude le recommande, les facteurs contextuels pertinents et se montrer créatifs dans le développement des approches.

Source : Office fédéral des assurances sociales (OFAS)

 

Publié dans Articles/Artikel | Commentaires fermés sur L’AI doit davantage collaborer avec les entreprises

Motards mobilisés pour des handicapés

Près de 250 handicapés ont pu profiter de rouler à moto ou en side-car à la Love Ride dimanche à Dübendorf (ZH). Quelque 6000 motards et 9000 visiteurs ont participé à la fête. Plus de 350’000 francs ont pu être récoltés en faveur des personnes souffrant de maladies musculaires.

Le beau temps a profité à l’événement: l’an dernier, seuls 1500 motards et 2500 visiteurs avaient fait le chemin de Dübendorf sous la pluie.

Les dons récoltés visent à soulager le quotidien des personnes handicapées et de leur famille. Ils permettront également de financer partiellement des projets et la création d’appareils spécifiques hors de prix, selon le communiqué de presse. (ats)

Publié dans Archives/Archiv | Commentaires fermés sur Motards mobilisés pour des handicapés

Viré d’un resto à cause de son chien d’assistance

René Racle se souviendra longtemps de sa mésaventure, discriminé et jeté dehors d’un restaurant  il a dû finir par aller manger ailleurs avec son ami car le serveur refusait catégoriquement la présence de son chien d’assistance.

Pour ce Zurichois qui souffre d’une paralysie cérébrale depuis sa naissance la compagnie d’un chien d’assistance est obligatoire et  « Kenzo » l’accompagne partout, même lorsqu’il se balade en chaise roulante à travers la ville ou qu’il va manger au restaurant.

Il se réjouissait d’aller manger au Tres Amigos, un établissement spécialisé dans la cuisine mexicaine. « Avant d’y aller, mon ami s’était renseigné pour savoir si le restaurant acceptait les chiens d’assistance. On lui a dit qu’il n’y avait pas de problème »

Au début, tout s’est bien passé. Les deux amis ont pris place pour boire l’apéro. «La serveuse était très aimable», se souvient René Racle. Mais l’ambiance a rapidement tourné au vinaigre. «Un employé est soudainement sorti de la cuisine et s’est approché de nous. Il nous a dit que les chiens étaient interdits dans le restaurant. Le tout sur un ton désagréable», raconte le Zurichois, qui a tenté d’expliquer que Kenzo est un chien d’assistance et qu’il l’accompagne partout. Mais en vain. «L’employé était agressif envers nous et nous a littéralement foutus à la porte», explique René Racle, qui a fini par aller manger ailleurs avec son ami.

Malgré les excuses du gérant de l’établissement René Racle n’oubliera pas de sitôt sa mésaventure il raconte «Je me suis senti discriminé et blessé»

Ce cas n’est pas unique alors que les chiens-guides d’aveugles sont souvent admis dans les établissements on regarde différemment les chiens d’assistance lesquels sont trop souvent considérés comme de simples compagnons par un public mal informé alors qu’en réalité les chiens d’assistante exercent aussi travail auprès de la personne en situation de handicap.

Lire l’article du 20min.ch

Publié dans Articles/Artikel | Commentaires fermés sur Viré d’un resto à cause de son chien d’assistance

La salle du Raccot hors normes en matière d’accessibilité

Atelier d’occupation pour handicapés pendant quarante ans, puis de production et finalement espace à vocation thérapeutique, le Raccot avait été laissé à l’abandon pendant plusieurs années. En 2009, une réflexion a été entamée pour redonner vie à ce site désaffecté à l’intérieur de Malévoz. En novembre 2011 était ainsi inaugurée la galerie d’art de la Buanderie du Laurier. La première représentation théâtrale s’y est déroulée en septembre 2013.

fa6c84e5eaf03184c73cda0267702739     27ed3b278510e4532765f694f5cf342d

Le site fait partie du programme officiel du Crochetan qui a une vocation culturelle, mais les personnes à mobilité réduite ne peuvent toujours pas y accéder facilement car la structure n’est pas adaptée pour les personnes en fauteuils roulants et c’est à juste titre que Jérôme Bagnoud membre du comité de Forum Handicap Valais s’insurge contre cette situation qui dure maintenant depuis des années.

Pour Gabriel Bender, responsable du quartier culturel , il existe cependant des solutions comme par exemple d’installer une plate-forme élévatrice pour fauteuils roulants, pour un coût d’environ 15 000 francs.

Pour Victor Fournier, Chef du service de la santé publique, son service  ne dispose pas d’un budget suffisant pour remettre aux normes ce bâtiment qui fait  partie du patrimoine hospitalier du canton, ni l’Hôpital du Valais d’ailleurs. Il n’est pas concevable que le budget de la santé, qui est sous pression actuellement comme dans d’autres secteurs, finance ces adaptations.

Gabriel Bender,  reste cependant pensif: «Le canton vient d’annoncer un bénéfice inattendu de 100 millions de francs. Une toute petite partie de cette somme suffirait à régler toute l’affaire en deux temps trois mouvements.»

Lire l’article du Nouvelliste

Publié dans Articles/Artikel | Commentaires fermés sur La salle du Raccot hors normes en matière d’accessibilité

Offre d’emploi chez Asa-Valais

Suite au départ de sa responsable de secteur, l’Association valaisanne d’aide aux personnes handicapées mentales cherche pour l’organisation de ses cours et séjours :

Un-e animateur-trice socioculturel-le – Responsable de secteur

Poste :  à 50%

Entrée en fonction : 1er septembre 2016.

Renseignements et candidatures

Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur Offre d’emploi chez Asa-Valais